• Les vacances d'hiver enfin !

    Les vacances d'hiver enfin !   Libérée, délivrée, le concours blanc est enfin terminé ! Oh, navrée, vous ai-je mis une chanson en tête ? Comment ça ? La Reine des Neiges en plus ? En résumé, mon premier concours blanc a pris fin. Voulez-vous savoir quel genre de sujet a-t-on en hypokhâgne ? Il y a du bon, il y a de tout, même ce qui me causera du mauvais. Voici mes chers !

    L'histoire, ma toute première épreuve en 4 heures sur "L'État et l'Église en France (1815-1914)". Je sentais venir un sujet sur la religion, et je n'y ai pas échappé. En y repensant je pense que soit mes deux premières parties étaient trop courtes (environ une page et demie chacune) soit la dernière beaucoup trop longue (deux pages et demie), que dire ? J'espère que je n'ai fait aucun hors sujet, pas comme la dernière fois (mon professeur me dessinait des chasses d'eaux partout...) ! Et par peur de me mélanger entre les noms des papes (Pie IX ,Léon XIII, Pie X..) je n'en ai qu'assez peu, j'ai plutôt utilisé d'autre protagonistes comme Monseigneur Freyssinous ou les lois. Tenez, au Baccalauréat l'épreuve dure 4 heures, mais avec la Géographie (personnellement je suis tombée sur géo' en majeur et histoire en mineur), comment diable ais-je eu le temps de finir ?! Aujourd'hui les deux ensemble me prennent 8 heures. J'ai du me découvrir une argumentation plus solide à la plume.

      Le français arrive ensuite, l'une que je redoutais le plus (ma dernière dissertation étant...minable). J'avais également 4 heures pour composer sur ce fabuleux sujet "Paul Valéry, dans un fragment daté de 1926, publié dans les Cahiers, écrit : « Il n'est pas de véritable sens d'une oeuvre produite, et l'auteur ne peut le révéler plus légitimement et sûrement que quiconque. [...] Ce qu'il a donné ne restitue pas plus que chacun ne lui donne. Il ne faut donc pas se tourner vers l'auteur, mais demeurer sur l'oeuvre et essayer de lui faire rendre tous les sens que soi-même on est capable d'atteindre au moyen d'elle.» À l'aide d'exemple précis, vous analyserez et commenterez ce propos.". Bien que l'on connaissait plus ou moins le contenu de l'épreuve (le rôle du lecteur), j'ai du faire un plan bancal, bon le jour ou je fais un plan parfait il faudra me prévenir ! Je vous laisse méditer.


    La philosophie cette matière où j'ai miraculeusement réussi au bac. Comme c'était une explication de texte je ne mettrai pas le sujet en entier, en gros c'est un extrait d'une cinquantaine de lignes sur le livre V de la République 478d-479e, de Platon sur l'opinion. C'est ma plus longue épreuve (5 heures), même si le professeur n'attendais que du Platon, j'ai mis un peu de Kant (ooouuh la rebelle !) sur le beau, puis sans nommer la citation « On ne peut apprendre la philosophie, seulement apprendre à philosopher.» De quoi avoir la migraine quand il n'y a pas de connaissance n'est-ce pas ?Les vacances d'hiver enfin !

    L'italien LV1, alors là je n'ai pas compris. J'ai fini beaucoup plus tôt que prévu (en 3 heures au lieu de 4). J'espère avoir un 5... Bref, c'était un commentaire (enfin plan détaillé vu le temps) et une traduction d'un extrait de Il Sentiero dei nidi di ragno de Calvino où Pin rencontre Lupo Rosso. Mais comme je pense que cela ne vous dit rien, je n'approfondis pas.

    L'anglais, la matière où je suis un être désespérément désespéré. J'ai vu le sujet, un article du New York Times sur les armes qui date du 5 Décembre 2015, oui c'est récent, où j'ai eu envie de pleurer. Quel plan de commentaire de presse faire dessus ? Que diable j'ai du partir avec un plan banal et ai du changer la forme de mes phrases du au manque de vocabulaire, que j'ai ô retrouvé après avoir rendu ma copie. Épreuve de deux heures, imaginez ma souffrance. Oui, je vous autorise à rire !

    Pour finir la géographie. C'était une fois de plus une épreuve de 4 heures qui consistait à une dissertation sur "Les grandes villes et leur rôle en France" et un croquis sur le même sujet. Comme tous je vise seulement la moyenne (c'est l'une des seules matières où je l'ai, enfin normalement). C'est bien l'épreuve qui ressemblait le plus à celle du bac, bien que je n'ai jamais aimé faire un croquis (et pourtant la fille était une spé' arts pla').

    Les vacances d'hiver enfin !

       Bien sûr, c'est plus drôle d'avoir des devoirs bien long pour la rentrée, 3 contrôles, une khôle de français sur Mérimée, un thème en italien (du français à l'italien), 4 livres à lire, sans oublier l'Histoire des arts que je suis en parallèle à la classe prépa' sur "La Renaissance Italienne s'est développée aux XVème et XVIème siècles en trois grandes phases. En vous appuyant sur des exemples concrets , décrivez ces grandes évolutions stylistiques.". Je suis heureuse car non seulement j'ai les cours de cette année et du lycée, mais je possède également un livre de Daniel Arasse qui traite ce sujet, que notre professeur de philosophie nous avait conseillé. Bref, de merveilleuses vacances.

    « Être un sauveur ? Tout est relatifCaricature »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :