• Petit carnet

    Entrez dans un nouvel univers

       Cet être étrange, nommé Lacorys, oui celui-là, près de la lisière de la forêt, le voyez-vous ? Cette petite créature vous invite dans son antre, un univers fantasmagorique. Certes, ce monde n'est pas seulement bordé par des fées, des dragons ou des anges. Non, sur une réalité enfantine, sans préjugés, sans haine ou de clivage. Juste un petit coin de paradis. Entrez donc pour vous évadez quelques instants dans un royaume lacoryen.

    • Sourions
    • Les pensées lacoryennes

  • Brèves et dépêches, c'est quoi ce délire ?

       Changeons de décor avec ce titre parodiant allègrement les headlines provocateurs des chaînes d'information, ou de désinformation comme j'aime le rappeler, comme BFMTV. Depuis mes quelques semaines d'errance dans la majestueuse capitale française, j'ai pu observer la beauté de l'âme de l'être humain quand il s'agit d'une personne hors norme. Les stéréotypes sont sévères ici, une personne demande juste à manger, POURQUOI DIABLE VOUS L'ENVOYEZ BOULER ?! Au pire, si vous n'avez rien à offrir #teamjecomptechaquecentimepourfinirlemois parlez-lui comme à un être humain, nous n'avons pas tous choisi d'être là, les aléas de la vie, oui, ça existe. Et après on passe aux insultes raciales telles le « Bamboula ». Magnifique. Tout simplement magnifique. Dès que les personnes ne sont pas assez riches ou dans le moule dit "français" ils sont catalogués, jugés. Joli le respect n'est-ce pas ? Préjugés. Evidemment, cela est à double tranchant, les fautes sont commises des deux côtés « Non, mais t'as pas vu ce bourge du XVIe ? Gosse de riches qui va à l'opéra et au musée toutes les semaines en jetant l'argent par les fenêtres ! ». Oui, l'intolérance est partout.

       Oui, voici ce que j'entends régulièrement, car voilà, la Toulonnaise étudie dans le Ier et pas n'importe où, le Louvre (où il y a donc plusieurs milliers de personnes par heure), travaille dans le VIIIe arrondissement où, je le cite « où réside la haute bourgeoisie » et pourtant qui vit dans la banlieue nord parisienne #ilparaitquetoutlapopulationestbizarre. C'est quoi ce délire ? À croire que les fractures spatiales et socio-culturelles sont hermétiques. Nous sommes en France au XXIe siècle, bienvenue, tout le monde se côtoie, il n'y a pas de mur, et je l'espère qu'il n'y en aura jamais. L'un de mes employeurs m'a tout simplement répondu « Vous comprenez, on ne va pas sourire et être gentil avec tout le monde. La personne d'en face pourrait être un psychopathe ou pire, un terroriste. Nous vivons dans un climat de peur. », je ne juge pas cette personne (qui est adorable en passant), mais répondre par de l'indifférence et du dédain à autrui à cause de la peur ? Sérieusement ? Dire bonjour, remercier, sourire, être civilisé avec tout le monde me semble être normal, surtout dans ces cas là. Non, apparemment pas pour tous. Dommage, vous vous arrêtez de vivre en communauté.

       Hormis cela, et cette argumentation/observation très peu structurée, les cours se déroulent bien, c'est passionnant. L'archéologie est loin d'être terminée, il y a tellement de découvertes à faire ! Certes, l'histoire des collections ne m'intéresse pas énormément mais cela passera. Oh, oui, j'ai été acceptée dans la spécialité Histoire du Cinéma, une matière récente et ô combien riche et peu exploitée !

    Soyez civilisé et souriez, ça ne tue personne.


    votre commentaire
  • On ne tue pas un fantôme

       Plus de deux mois sans nouvelles. Oui, c'est tout à fait normal *tousse*. Afin de continuer mes études j'ai finalement déménagé dans cet endroit réputé pour la pluie (oui, les Provençaux exagèrent toujours !), que je nomme la région parisienne. Ma connexion internet est trèèèèèèèèès lente, et de moins en moins de temps à consacrer ici, oui parce qu'il parait qu'un étudiant fauché doit travailler pour espérer vivre décemment et financer ses études. Alors pour l'instant je m'occupe à préparer les futurs cours (oui, la fille qui s'avance) et c'est long.

       Je ne comprends absolument pas le temps, le soleil n'est pas d'un bleu azur, il est BLANC, c'est quoi ce DÉLIRE ?! Evidemment, la réputation est bien réelle, il n'y en a pas un pour sourire ou dire "Merci" ou "Excusez-moi". La politesse n'existe pas ici ahah... Mais passons, il faut s'y faire, du moins pour un minimum de trois ans. Tout va bien. May the force be with me.

       Niveau "blabla", j'ai pu voir Atomic Blonde, un drôle et captivant film d'espionnage à la sauce Leitch mené par deux brillants acteurs, Theron et McAvoy (oui je l'avoue je suis allée le voir rien que pour ça), c'est assez sympathique. Oh, et Dunkerque était tout simplement sublime ! De plus, deux DVDs à se procurer immédiatement, pour des films ô combien merveilleux, Split et Logan, j'ai versé des larmes, sérieusement, c'est beau. Sur ce, je vous laisse.

    I love you all ! ♥


    votre commentaire
  • Lorsque le monde devint fleur

       Le soleil brille sur les côtes provençales, mes dernières heures dans ce petit monde. En effet, en mars j'ai passé un concours en parallèle de l'ENS (dont les résultats étaient étranges, disons le), et ce matin, dans l'attente habituelle le verdict tombe... Je suis finalement prise à l'Ecole du Louvre ! Oui, oui, dans le palais-musée exactement ! Enfin une bonne nouvelle. En réalité j'ai eu deux admissibilités -une école d'art à Paris-, mais le Louvre me correspond bien mieux. Bref, il ne reste plus qu'à me préparer -et surtout trouver un logement, les prix sont exorbitants-.

       Ceci était le passage en mode jesuistropcontente, et il n'y a évidemment aucun lien avec le titre. Ou presque. A rivederci !


    3 commentaires
  • L'attente

       Nouveau petite billet pour m'exprimer, deux en moins d'un mois... J'ai battu mon record ! Bref, il m'était nécessaire de le sortir quelque part, je stresse énormément pour mes résultats. Pas réellement ceux de l'ENS (je serai déjà très heureuse d'avoir 8 de moyenne, c'est dingue de dire ça alors qu'au lycée avoir 12/20 était un déshonneur), mais ceux d'autres écoles, histoire de savoir où je vais vivre dans trois mois. Vais-je quitter mon petit sud, le soleil du midi, les cigales de Provence, les doux parfums de lavande, la force du mistral et la mer azure de ma fenêtre ? Changer définitivement mon accent chantant, les expressions "ça pègue", "il y a dégun", "ne reste pas en plein cagnard mon pitchoun" avec mes proches ? Vous voyez dans quel état je suis, complètement PERDUE.

       Allez, un peu de nostalgie. Après environ cinq ans, je me suis éprise de nouveau pour le groupe japonais モーニング娘。ou avec nos belles lettres latines Morning Musume。 (oui le point fait parti du nom). Soyons plus précis, pas les nouvelles générations (depuis que l'agence électronise les voix les chansons ont perdu leur charme et leur fraîcheur) mais les huit premières, même si la neuvième passait encore.

       L'image provient du film Me Before You, tiré du livre éponyme que je vous conseille. Ceci était le petit pavé de mai. À bientôt !


    votre commentaire
  • La primavera in Liguria

       Ciao a tutti ! Pour aujourd'hui je vous emmène en Italie. Ce week end, nous sommes allés en Ligurie pour un voyage scolaire , plus précisément à Gênes et aux Cinque Terre d'où cette petite photographie de Cornaglia prise lors d'une randonnée -plusieurs kilomètres dont plus de la moitié en montée sur des pierres, j'ai souffert-. Pour une fois, aucune retouche tout est au naturel, rare pour autant de couleurs !

       Toutes mes épreuves sont terminées, enfin, il me reste un TRE pour la semaine prochaine mais je suis désormais tranquille jusqu'aux résultats. Plusieurs séries sont passées à la roulette (enfin depuis deux mois), Utopia, 13 Reasons Why et Breaking Bad, sans oublier la fin de GoT (il me manquait trois saisons). Sono felice e contenta ! Ce qui veut dire que je pourrai être plus active. Pour l'instant je ne sais pas quoi écrire donc... A rivederci !


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique